Avertir le modérateur

  • Editeurs de père en fils

    L’éditeur Rue de Sèvres, vous connaissez ? Peut-être pas car cette nouvelle maison d’édition spécialisée dans la bande dessinée vient tout juste des publier ses premiers titres.

    Son histoire :

    Après le rachat en 2012 de Casterman (par Gallimard) maison appartenant au groupe Flammarion, Louis Delas, directeur général de Casterman depuis 1999, (mais aussi à la tête des éditions Fluide Glacial, et de Flammarion Jeunesse et Père Castor), démissionne de son poste pour rejoindre L’école des Loisirs, une maison d’édition spécialisée dans la littérature jeunesse, créée en 1965 par son arrière-grand-père et co-dirigée alors par son père Jean Delas, proche de la retraite.

    Au quotidien Le Monde il explique avoir « proposé une alliance entre Casterman et l'Ecole des Loisirs, étant donnée l'évolution de nos métiers, avec un aspect promotion, diffusion, développement, en particulier dans les nouvelles technologies, et une dimension capitalistique » [...] « Mais Antoine Gallimard n'a pas souhaité donner son accord à cette proposition. Je respecte cette décision, mais je regrette que cette alliance n'ait pu aboutir ».

    Son itinéraire dans le milieu de la bande dessinée : il a travaillé pour Glénat (éditeur de Titeuf) et créé en 2003 avec Steinkis Groupe les éditions Jungle!. Il va donc poursuivre dans ce domaine avec Rue de Sèvres. Une structure montée en 5 mois, selon Le Monde, qui précise que trois millions d'euros ont été investis, et que Louis Delas a recruté quatre proches de Flammarion et de Casterman, dont une éditrice jeunesse et une éditrice adulte. Le Monde précise aussi qu’il a « a conservé un credo : la qualité, plus que la quantité. Il ne pratique pas la cavalerie éditoriale qui consiste à publier une myriade de tomes un qui ne sont que rarement suivis d'un tome deux. »

    detourage-livre.jpgParmi les premiers titres publiés par Rue de Sèvres Une histoire d’hommes de Zep*, le père de Titeuf, qui signe là sa première bande dessinée réaliste, la reprise mise en couleurs de Fanfulla, une BD signée Hugo Pratt parue dans les années 1980, et La Bd de Soledad dessinatrice de l’hebdomadaire Elle.

    De la Bd, mais pas seulement comme l’indique Actualitté.com : « En plus de son catalogue ado-adulte, la filiale BD proposera rapidement des titres jeunesse qui rappellent la ligne éditoriale de la société mère. Zita, un récit sympathique à découvrir en trois tomes – à l'origine publié par First Second aux États-Unis. [...]

    Au rayon des adaptations, on signalera Loulou, la star du catalogue de l'Ecole, qui profite d'une déclinaison BD en plus du nouveau film qui lui est dédié, le portage du Horla de Maupassant par Guillaume Sorel, ainsi qu'une nouvelle adaptation graphique d'Alice au pays des merveilles. »

    Si la nouvelle aventure de Louis Delas semble passionnante, il faut aussi noter qu’il prend également la direction de L’école des loisirs.


    * Zep (Philippe Chappuis) parle de son travail pour Une histoire d'hommes dans Télérama.

  • La mer comme elle nous parle

    Le fait qu’il ait remporté trois fois le trophée de navigation Jules Verne était déjà peut-être un signe ? Olivier de Kersauson navigateur, disciple émérite d’Eric Tabarly avec qui il a navigué plus de 10 ans, publie ces jours-ci  Le monde comme il me parle (Cherche midi).

    Qui aurait pu croire que ce marin breton, forcément bourru, vicomte Kersauson de Pennendreff, deviendrait un jour un best-seller du monde de l’édition ?

    Car s’il a vaincu les océans et fait la Une des médias pour ses multiples victoires, sa notoriété il la doit à sa participation à des émissions radio comme les Grosses têtes sur RTL ou sur Europe 1 où son franc parler et ses improvisations lyriques réjouissent les auditeurs.

    Après avoir publié plusieurs livres sur le monde de la mer et du voyage, souvent co-écrits, c’est en 1997 qu’il connaît avec Tous les océans du monde son premier gros succès de librairie - plus de 100 000 exemplaires vendus. De Kersauson y raconte au quotidien le Trophée Jules Verne où il pulvérise en 71 jours, 14 heures, 22 minutes et 8 secondes, le record du Tour du monde détenu jusqu’à lors par le néo-zélandais Peter Blake. Exploit qui se doublera d’une prouesse éditoriale, l’ouvrage paraît quelques jours seulement après son arrivée victorieuse.

    41PNxul3XxL._SY445_.jpgEn 2008, le Cherche midi, récidive avec Ocean’s Songs qui dépassera très largement les 300 000 exemplaires. Son éditeur prolonge en 2009 ce raz de marée avec une édition « collector » du titre accompagnée d’un DVD contenant l’émission Empreintes « 20 000 lieues sur les mers » que France 5 lui avait consacré (film de Muriel Coulin). Le titre est également disponible en poche (Arthaud).

    Annoncé avant sa parution sous le titre Ocean’s Songs 2, Le monde comme il me parle propose un retour sur son parcours à travers les pensées qu’il lui inspirent. Celui que L’Express – qui publie quelques bonnes feuilles – nomme le « philosophe des océans » est désormais retiré du monde de la compétition, s’est récemment remarié, et réside dans les îles Tuamotu en Polynésie.

    41DQENC5D1L._SY445_.jpgAu mois de juillet Paris Match consacrait un article à sa nouvelle vie. A propos de la navigation, il déclare : « Quand un cargo passe à un demi-mille de toi, ça sent le métal. Quand tu arrives à 60 milles (120 kilomètres) dans le nord de Tahiti et que le vent est sud, tu vas sentir l’île avant de la voir. Dans le détroit de Torres, avec la Nouvelle-Guinée à 300 milles, il t’arrive des vapeurs, l’air est chargé d’odeurs végétales. Tu passes ensuite dans la mer d’Arafura, à 150 milles des côtes, le vent du désert te ramène des odeurs de pierre chaude. »

    Cela semble évident, Kersauson sait trouver les mots pour nous faire voyager.

  • Cécilia se livre

    Cécile María Sara Isabel Ciganer, cela vous dit quelque chose ? Alors Cécilia Martin ou Cécilia Attias ? Peut-être que si je vous dis Cécilia Sarkozy, cela va évoquer des souvenirs récents. Donc, est annoncée pour les jours qui viennent une autobiographie, semble-t-il autorisée, de cette personne connue pour ses mariages successifs et pour le rôle qu’elle a joué pendant quelques années auprès de Nicolas Sarkozy.

    Un livre, dont le quotidien économique récemment créé L’Opinion annonce l’imminente publication et quelques bonnes feuilles à paraître prochainement dans Le Point. A ce propos L’Express écrit « Un titre encore confidentiel, une sortie « dans quelques jours », peut-être fin septembre, ou début octobre... Le mystère autour de l'autobiographie de Cécilia Attias, ex-Cécilia Sarkozy, a été - jusqu'ici - savamment orchestré par son éditeur, Flammarion, qui compte bien faire un gros coup, rapporte L'Opinion », et l’hebdomadaire de résumer sa biographie « Cécilia Attias, ancien « mannequin cabine » de Schiaparelli, a épousé successivement l'animateur Jacques Martin en 1984, puis, en 1996, Nicolas Sarkozy (qui l'avait mariée à Jacques Martin, rappelle FTVI), alors maire de Neuilly, et enfin, en 2008, Richard Attias (qui avait organisé le congrès du Bourget pour Nicolas Sarkozy en 2004). Aujourd'hui, elle vit à New-York avec son époux Richard Attias - un spécialiste des relations publiques - et participe encore à quelques missions humanitaires.»

    Pas de quoi faire un livre ? Il faut croire que les éditeurs en décident autrement et ce ne sera pas le premier livre qui lui sera entièrement consacré. En 2005, Le Canard enchaîné raconte que, Nicolas Sarkozy alors  ministre de l'Intérieur a convoqué le président-directeur général des Éditions First, Vincent Barbare, pour le menacer de « foudres judiciaires et variées » s'il  publiait la biographie non autorisée. L’ouvrage est signé par la journaliste de Gala Valérie Domain et a été finalement publié sous forme de roman l’année suivante sous le titre « Entre le cœur et la raison », aux éditions Fayard (source Wikipedia).

    Deux autres livres lui seront consacrés en 2008 : « Cécilia, la face cachée de l’ex-première dame », de Denis Demonpion et Laurent Léger (Pygmalion), où l’on apprend (entre autre) que son vrai prénom est Térésita (quel scoop !!...), et « Cécilia : Portrait » d’Anna Bitton journaliste au Point, (Flammarion), que Cécilia Sarkozy tentera de faire interdire contestant certaines phrases d’elle sur Nicolas Sarkozy citées par l’auteur.

    Souvenirs, révélations, mises au point, confidences, justifications, seront peut-être au sommaire de cette autobiographie qui aura sans aucun doute les honneurs des médias mais assez peu de chances d’obtenir un prix littéraire.


    Photo : La Une de Paris Match évoquant les infidélités de Cécilia Sarkozy et qui coûtera à Alain Genestar son poste de directeur de la rédaction de l’hebdomadaire.

    scoop-1.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu