Avertir le modérateur

  • La bande dessinée à Angoulême et ailleurs

    La bande dessinée, c’est aussi des livres et des albums diffusés en librairie et qui font vivre – en principe – des centaines d’auteurs. En 2012, 5665 titres ont été publiés selon l’Association des critiques et journalistes de bandes dessinées (ACBD).

    De nombreuses villes telles Blois, Ajaccio, Amiens, Eauze, St Malo ou encore Audincourt, organisent (ou ont organisé) des salons ou des festivals autour de ce genre, mais le plus important est sans conteste le festival d’Angoulême qui propose cette année sa 40ème édition. Au programme de celle-ci, présidée par le dessinateur Jean-Claude Denis, un hommage à Albert Uderzo, Mickey, le renouveau de la BD algérienne et des expositions également consacrées à Jean-Claude Denis, Comès, Andréas, ou Jano. La manifestation réunit un grand nombre d’auteurs qui viennent y dédicacer leurs albums (leurs fans attendent souvent des heures interminables, en fonction de la notoriété des dessinateurs). Autre temps fort, l’exposition consacrée à la jeune dessinatrice Pénélope Bagieu dont les aventures se sont écoulées à plus de 100 000 exemplaires et qui vient de changer d’éditeur, passant de Jean-Claude Ga qui l’a découverte à Delcourt.

    Car dans ce métier, tous les auteurs ne sont pas égaux. Parmi les vedettes du chiffre de ventes, on peut citer Zep qui a vendu des millions d’albums de son personnage Titeuf, ou Uderzo qui continue à cartonner en librairie en poursuivant la saga des Astérix depuis la disparition de son alter ego et scénariste René Goscinny (le 33ème album ne s’est vendu qu’à... 1 300 000 exemplaires). Une chose est sûre : avec ses chiffres de vente, la bande dessinée n’est plus, et depuis longtemps, considérée comme un genre éditorial mineur.

    Mais si quelques petites maisons d’édition tentent de montrer des œuvres plus originales, comme  Cornélius, L’Association, Futuropolis, les Requins marteaux, le « marché » est tenu par quatre grandes maison d’édition : Dargaud, (Seuil Comics, Le Lombard, Kana, Dupuis), Delcourt (éditeur indépendant et actionnaire principal depuis 2011 de l’éditeur BD Soleil), Casterman (éditeur de Tintin, du journal Fluide glacial, et qui ré-inventa le roman graphique), Glénat, indépendant basé à Grenoble. Celles-ci inondent de titres les rayonnages espérant trouver dans le lot les Tintin, Blake & Mortimer, Lucky Luke, Blueberry, XIII, Gaston Lagaffe, de demain.

    Tous les genres sont représentés dans ce domaine et depuis quelques années, l’actualité et le reportage y sont très présents. On peut le constater avec le prix attribué depuis 1991 par la radio France Info : parmi les titres en compétition en 2013 c’est « La voiture d'Intisar » de Pedro Riera et Nacho Casanova, paru aux éditions Delcourt qui a été récompensé.

    En 2013, le festival d’Angoulême décernera lui aussi ses prix parmi les 32 titres sélectionnés par le jury, et chacun pourra y trouver son bonheur : les auteurs, les éditeurs, et certainement les lecteurs.

    Quelques sites Internet sont spécialement dédiés à la BD :

    ActuaBD

    BDzoom

    angouleme2013.jpg 

  • Dédicaces : amicalement vôtre

    Une dédicace sur un livre est un lien supplémentaire entre l’auteur et son lecteur. Elle témoigne d’une rencontre et de l’intérêt de ce dernier pour l’œuvre de l’auteur, surtout s’il a attendu de longues heures pour obtenir ce paraphe complice. Pour les éditeurs, c’est aussi un argument commercial - un petit plus - qui va inciter à l’achat du livre en librairie.

    Plusieurs sites publient la liste des signatures à venir, notamment  Dédicaces.com, Les dédicaces.com, ou sur Facebook Dédicaces & Avant-premières. Il faut aussi savoir que les éditeurs font dédicacer aux auteurs des exemplaires qui seront envoyés aux journalistes, et à des personnalités susceptibles de parler du livre. Une personnalisation qui n’empêche pas de retrouver ces ouvrages envoyés en service de presse chez les soldeurs ou les bouquinistes.

    Pourtant certaines de ces dédicaces prennent une certaine valeur et des librairies se sont spécialisées dans la vente des livres paraphés. Parmi elles, on peut citer Le feu follet à Paris qui propose dans son catalogue de janvier un des 70 ex numérotés sur vergé d'Arches de l’édition originale du livre « Hebdromadaires » de Jacques Prévert et André Pozner. Un exemplaire paru en 1972, mais «  enrichi des signatures autographes des auteurs et agrémenté de deux petits dessins des auteurs » au prix de... 1200 euros. On citera aussi, parmi les autres la librairie du Cardinal à Villenave d'Ornon (33140).

    Ce marché de l’autographe existe depuis longtemps mais depuis quelques années il a été relancé parl’industrie de la bande dessinée comme l’explique le blog Le comptoir de la BD : « La dédicace est l'évènement central d'un Festival de BD, quelle que soit sa taille. Le moment magique où le lecteur voit apparaître un personnage sur son album réalisé en direct par l'auteur continue d'être incroyablement porteur, même si les intentions des «fans» sont à géométrie variable, avec un aspect mercantile qui, bien que minoritaire a priori, dénature et abîme la relation à l'auteur - en attestent les albums dédicacés proposés à la vente sur les sites aux enchères en ligne ou les bacs d'albums dédicacés en soldes (!) et qui, à juste titre, provoquent l'ire des auteurs. » 

    La dédicace est un « service commandé » non rémunéré, mais cependant incontournable selon Philippe Marcel des éditions la Cafetière, cité par le blog : « si un auteur n'est pas présent sur un Salon, c'est même pas la peine d'amener ses albums car ils ne se vendront pas. » Là-aussi des éditeurs se sont spécialisés dans ce domaine. C’est le cas de Point-Image.

    Si les séances de dédicaces ne pas forcément appréciées par les auteurs - surtout si le public n’est pas au rendez-vous ou s’ils sont placés à côté de confrères plus « médiatiques » -  elles donnent lieu à des moments inattendus comme le raconte sur David Canard auteur de plusieurs ouvrages sur l’île de Ré où il réside.

    A lire également sur le sujet, la chronique de Pierre Assouline « Dédicaces, mode d’emploi » (2010) à propos du livre de Francis Ponge « Album amicorum » où sa fille a rassemblé les innombrables dédicaces que le poète a reçues.

    Photo : dédicace de Joann Sfar sur l’album Le petit Prince, inspiré de l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry. Source Le vaste monde de Joann Sfar.

    dedicaces_petit_prince_15.jpg 

  • Les moyens d’écrire

    L’écrivain est certes seul devant son écran d’ordinateur, mais plusieurs organismes peuvent l’aider à concrétiser son projet d’écriture, notamment sur le volet financier.

    Selon les textes diffusés par le ministère de la Culture, des aides à la création et des crédits de résidence peuvent être alloués directement aux auteurs, après avis d'une commission spécialisée. Deux conditions doivent être remplies : avoir déjà publié à compte d'éditeur ou, s'il s'agit de théâtre, avoir fait représenter publiquement une œuvre, et être d'expression française.

    La Maison des écrivains et de la littérature* propose sur son site « un répertoire des bourses et une base de données des résidences d'écrivains, réalisés en partenariat avec le CNL et la FILL » qui est une liste très complète des bourses accessibles aux créateurs. L’association précise « Cette quatrième version électronique comprend un agenda qui avertit des appels à candidature (avec les dates limites de dépôt de dossiers). »

    Paris concentre les principaux organismes d’aide mais on trouve en régions des collectivités qui accompagnent les écrivains comme le Centre régional des Lettres de Basse-Normandie, qui propose « une aide à l'écriture dans le cadre du Fonds d'aide à l'économie du livre (FAEL) pour permettre à un jeune auteur, n'ayant jamais été édité, de publier son ouvrage à compte d'éditeur ». Seuls critères d’éligibilité, les qualités littéraires de l'ouvrage et le fait que l'auteur réside dans la région.  La Collectivité territoriale de Corse elle aussi, et dans un autre genre, peut participer aux frais d'écriture d'un scénario de court-métrage, long-métrage, documentaire ou téléfilm.

    Le Centre National du Livre présente de son côté les aides qui “visent à accompagner les auteurs et illustrateurs dans la réalisation d’un projet d’écriture personnel, à des fins de publication ». Ce sont la Bourse d’écriture, le Crédit de préparation, le Crédit de résidence et la Bourse Cioran.

     

    *La Maison des écrivains et de la littérature, 67, bd. de Montmorency - 75016 Paris.

    * Centre National du Livre Hôtel d’Avejan, 53, rue de Verneuil 75343 Paris Cedex 07.Billet-franc.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu