Avertir le modérateur

Marque Pages

  • De nouvelles librairies : à Marseille, à Bayeux, et à Vannes

    MARSEILLE

    Lu sur le site Words from mars(eille) qui parle de " l'actualité des auteurs, éditeurs, libraires et salons from mars[eille] / ou vue depuis mars[eille]" :

    « Le quartier d'Endoume, à Marseille, a vécu au début du mois de septembre un événement comme il n'y en pas si souvent : l'ouverture d’une nouvelle librairie, généraliste, qui fait déjà un "carton" une dizaine de jours après son lancement. La curiosité et la boulimie de livres des habitants du quartier sont au rendez-vous pour Pauline Fougere, Emilie Berto et Chiara Pancotti (déjà bien connue dans le quartier avec son restaurant Le Baron Perché), les trois jeunes femmes à l’initiative de cette création. "Il n’y avait pas de librairie dans le quartier, expliquent Pauline et Emilie, on a essayé de répondre à la demande, dans tous les registres." Pour Pauline, ex-réalisatrice de documentaires, c’est notamment le livre jeunesse (avec un espace dédié aux jeunes lecteurs), pour Emilie, ex-journaliste, ce serait davantage le polar et la SF. Mais sur leurs rayonnages et sur l’immense table qui occupe le centre de la librairie, vous trouverez toutes les nouveautés de la rentrée et tout un choix de littérature française et étrangère […] »

    Le nom de la librairie Pantagruel.

     

    BAYEUX

    Ouest France annonce que Bernard Lebrun, ancien chef du service de politique internationale à France 2, a décidé de devenir libraire à Bayeux : « Début novembre 2016, il va ouvrir une librairie un peu spéciale, sur le parvis de la cathédrale. " On n’y trouvera que des ouvrages anciens ou des photos. Mais surtout tout ce qui tourne autour du journalisme et du grand reportage. Le nom de sa boutique: Press Books. « Parce qu’on y trouvera aussi bien des livres traitant de la presse que des photographies originales ou des vieux journaux. Mais uniquement des choses d’époque. »

     

    VANNES

    Dans Ouest France toujours on apprend la prochaine ouverture à Vannes d’une librairie généraliste au cœur de la ville : « L'emplacement est remarquable, en face de la cathédrale au cœur de la ville historique. Katia et Jean-Philippe Pérou vont ouvrir leur librairie Le Silence de la Mer, le 15 novembre, à la place du magasin aux colombages de Concept Store Photo. Amoureux du livre, le couple a tenu pendant cinq ans une librairie à Paris : L'Usage du Monde, rue de la Jonquière, dans le 17e arrondissement, à proximité de la station Guy Môquet. »

     

    23042016_colbert.jpg

  • La lecture influencerait notre cerveau

    C’est Le Figaro étudiant qui le révèle , une étude menée en mai 2016 par The international Journal of Business Administration démontre qu’une lecture d’œuvres littéraires pointues influe sur la mémoire et le niveau d’écriture.

    Pour devenir intelligent mieux vaut abandonner la lecture assidue des aventures de Oui-Oui ou celle de la collection Harlequin. Toujours selon Le Figaro : « L’étude démontre en effet qu’une lecture d’œuvres sophistiquées, qu’elles soient littéraires ou scientifiques, permet de développer et d’améliorer sa mémoire. De plus, ce type de lecture oblige à une réflexion et une analyse qui permettront, en plus, d’améliorer son niveau d’écriture. Les étudiants ayant participé à cette étude relayée par Qwartz étaient d’autant plus brillants en rédaction que leur niveau de lectures était poussé. À l’inverse, dérouler votre page Facebook ou lire la liste des 12 invitations de mariages les plus ringardes ne renforcera évidemment pas votre talent d’écrivain. »

    La lecture est donc une activité bénéfique et stimulante pour notre cerveau. Une constatation que faisait déjà en 2011 le site ThotCursus.edu se basant bien évidemment sur une étude dirigée par une équipe internationale de chercheurs :

    « L'apprentissage de la lecture augmente l'activité des aires visuelles du cortex, l'aire visuelle primaire et l'aire spécialisée pour la forme écrite des lettres. Autrement dit, les personnes sachant lire répondent plus facilement à des stimuli visuels,

    L'alphabétisation augmente aussi les réponses aux stimuli sonores, au langage parlé, dans la région impliqué dans le codage des phonèmes,

    Enfin, savoir lire entraine une extension des aires du langage et une communication entre les voies d'échanges des langages parlé et écrit. Cela signifie notamment qu'une personne sachant lire va voir son aire du langage parlé activée en observant simplement une phrase écrite alors qu'un analphabète limitera le traitement du langage à la modulation auditive. »

    Alors, autant s’y prendre tôt comme le souligne L’Express avec cet article « La lecture pendant l’enfance influence la croissance du cerveau. » Un apprentissage précoce qui aboutit, selon les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, à des résultats « les enfants qui avaient reçu le plus de stimulations mentales à 4 ans présentaient (dix ans plus tard) un cortex cérébral plus fin, plus stylisé, ce qui engendre un processus de l’information plus efficace. »

    C’est donc scientifiquement prouvé la lecture rend plus intelligent, pourquoi s’en priver.

    Photo Lecture Active.

    Le Figaro étudiant, L'Express

     

  • Précarité, littérature, dépôt de bilan, quelques brèves sur le livre

    Les auteurs de plus en plus précaires

    France Culture nous apprend à propos de la rentrée littéraire que « Les revenus des auteurs sont en baisse constante. En France, seuls quarante écrivains vivraient de leurs ouvrages. »

    Dans le détail, « Près de deux tiers de la profession perçoit moins de 10% de droits d’auteur sur le prix public des livres. Un auteur sur cinq est même rémunéré à un taux inférieur à 5%, selon les données du Conseil permanent des écrivains. C'est bien moins que ce que longtemps les maisons d’édition proposaient : la règle des « 8/10/12 » : 8% pour un premier palier de 0 à X exemplaires, 10% de X à Y exemplaires et 12% au-delà. Pour les grands auteurs ce seuil peut atteindre les « 10/12/14 ». En outre, les auteurs sont ceux, avec la diffusion, qui touchent le moins sur la vente d’un livre. »

    Delcourt, Emmanuelle Heurtebize, Georges Maximos, Librairie Richer

     De la BD à la littérature

    Livres Hebdo (article payant) annonce que les édition Delcourt, jusqu’à présent spécialisées dans la Bande dessinée créent un département de littérature : «  C'est l'éditrice Emmanuelle Heurtebize qui a été choisie pour diriger Delcourt Littérature. Après une maîtrise de lettres modernes, elle a débuté sa carrière dans l'édition chez 10/18, dont elle a été directrice éditoriale pendant onze ans. De 2012 à 2016, elle a dirigé la fiction étrangère chez Stock. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 19 septembre. Les premiers titres de ce nouveau département devraient paraître au début de l'année 2018, et la maison mise sur une production de 15 à 20 titres par an, mêlant auteurs français et étrangers. Si leur distribution sera assurée par Hachette, comme le reste de la production du groupe, leur diffusion ne sera pas prise en charge par Delsol, la filiale de diffusion de Delcourt, spécialisée dans la bande dessinée, mais par une autre structure à déterminer. »

     

    Librairie et dépôt de bilan

    Ouest France a relayé début septembre «  le cri d’alarme » des libraires d’Angers. Le quotidien régional écrit  : « L’annonce, jeudi 1er septembre, du placement en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d'Angers de la librairie Richer a fait l’effet d’une bombe chez les Angevins. « On a lu la presse et on ne s’attendait pas à ça. Immédiatement, entre les libraires angevins, le téléphone a beaucoup marché. » Georges Maximos, directeur de la librairie Contact et président de l’association Librairies passion qui réunit huit libraires d’Angers, Philippe Lhériau, libraire de la place de la Visitation, ou Thi Nguyen, de la librairie de bandes dessinées Au repaire des Héros, s’avouent bouleversés. « On savait que Pierre Richer cherchait un repreneur mais la semaine dernière, nous avions une réunion professionnelle. Lui et son adjoint n’ont rien laissé paraître. » Pour Georges Maximos et ses confrères, un dépôt de bilan, ça peut arriver à n’importe lequel d’entre eux : « Quand on a appris la triste nouvelle, on ne s’est pas dit, « super ça fait un concurrent en moins ». Demain, ce sera un autre d’entre nous. Si les gens continuent d’acheter sur Internet, les librairies vont disparaître progressivement et il sera trop tard alors pour le déplorer, assure le libraire. C’est déjà le cas dans des pays comme la Belgique où on ne trouve plus de librairie dans les villes. »

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu