Avertir le modérateur

Marque Pages

  • Que serait l'édition sans eux ?

    Que seraient les auteurs sans leurs droits ?

    Soutien important pour les auteurs qui revendiquent actuellement pour défendre leur statut, celui de Joan Sfar, dessinateur de bandes dessinées, écrivain, cinéaste. "L'histoire se rappellera que c'est une ministre éditrice qui a massacré les écrivains", a-t-il déclaré, relayant de façon polémique le combat des auteurs qui s'inquiètent de la hausse de la CSG (passée de 7,5% à 9,2% depuis le 1er janvier), ce qui entraîne une perte de leur pouvoir d'achat, et de la réforme à venir du régime social des auteurs qui prévoit notamment la suppression de l'Agessa, leur système de sécurité sociale. Les auteurs s’inquiètent également de la future refonte de leur système de retraite. Il faut se rappeler que 41% des auteurs professionnels gagnent moins que le SMIC.

    Que seraient les éditeurs sans leurs auteurs ?

    On connaît les difficultés (mais pas toujours) d’un auteur à convaincre un éditeur à s’intéresser à son manuscrit, dans le cas de R.J. Ellory, la persévérance (et du talent) semble être la meilleure solution. A l’occasion de la publication de son dernier roman Les fantômes de Manhattan (éditions Sonatine), l’écrivain à succès raconte sur Europe 1 son parcours du combattant : "J'en suis à 14 romans publiés en anglais", rappelle-t-il. "Et j'ai dû en écrire 45 en tout". "J'ai reçu plus de 600 lettres de refus de plus de 100 éditeurs", poursuit-il. "Fin des années 1980, début des années 1990, ma femme et moi avons dépensé 12.000 euros en frais de poste et de photocopie". Dans son bureau il avait affiche cette phrase de l’homme politique anglais Benjamin Disraeli, : « Pour réussir, il ne faut jamais dévier de son but ».

    Que seraient les auteurs et les éditeurs sans les librairies ?

    Ce blog a déjà évoqué les multiples vies de la librairie Le Bleuet nichée au cœur du village de Banon (04150) et aujourd’hui il faut signaler que depuis le 23 juin s’est créée l’association Bleuet et Cie. Parmi ses objectifs : « rassembler en réseau l’ensemble des personnes concernées par l’existence et le développement de la librairie, soutenir les projets de la librairie sur le plan logistique, faire des propositions à la librairie pour favoriser son rayonnement, organiser les relations avec le public concerné par l’existence de la librairie au niveau local, régional, national et international, et agir, en concertation avec la direction de la librairie, afin de contribuer à la pérennité du lieu ». Pour tout contact : bleuetcie04@gmail.com

    Bleuet et Cie.png

    Photo : Document Le Bleuet / Isabelle de Rouville.

  • L’été des libraires

    L’été une saison propice à la lecture, repos, inactivité, mauvais temps, incitent à se plonger dans un livre. Une période choisie par Les Librairies indépendantes pour faire la promotion de leur métier.

    Livres Hebdo dévoile les deux affiches au visuel un peu désuet qui vont accompagner la campagne de communication dont le but est aussi de faire découvrir l'existence du site internet. Celui-ci permet de trouver un titre de livre ou son éditeur, de localiser le libraire le plus proche du lieu de résidence, et de choisir son mode d’achat, livraison ou retrait en magasin.

    Le site explique dans son texte de présentation que librairiesindependantes.com est le premier moteur de recherche de livres en France, et qu’il fédère 16 portails de libraires indépendants, nationaux, régionaux ou spécialisés, soit plus de 700 librairies implantées sur l'ensemble du territoire. Une synergie qui donne accès aux 20 millions de livres disponibles dans ces librairies.

    com_les_librairies_indep_2018.jpg

    L’initiative des libraires indépendantes est sans doute destinée à soutenir un marché du livre qui depuis quelques années connaît un lente érosion de ses ventes comme le constataient l’AFP et France Info pour 2017 : « Après l'embellie de 2015 (+1,8%), la stabilité de 2016 (0%), le marché de l'édition connaît un reflux comme cela avait été le cas auparavant, pendant cinq années consécutives (de 2010 à 2014). Et cela mois après mois, souvent dans des proportions très importantes : -3,5% en janvier comme en février, -2% en mars, -9% en avril, -3% en mai, -4,5% en juin. » Cette année là, seul le mois de juillet avec une hausse de +4,5% des ventes inversait notablement la tendance.

    Si les éditeurs ont désormais cessé de publier des « best-sellers de l’été » au parcours commercial souvent hasardeux, il faudra attendre d’ici quelques jours les recommandations de lectures de la presse, et avec les conseils des libraires, et notre curiosité personnelle, on devrait pouvoir passer un bon été de lecture.

    En attendant, une première sélection (de BD) pour l'été.

  • Quel avis sur les livres ?

    Les commentaires des Internautes favorisent-ils la commercialisation des livres cités ? La question se pose à nouveau avec le problème soulevé par Actualitté.com qui reprend un article de The Bookseller.

    Actualitté explique : « Amazon semble avoir envoyé aux oubliettes des centaines de critiques postées sur les pages de livres, sans raison apparente. L'auteure Isabella May a ainsi vécu « une semaine de l'enfer » au cours de laquelle ont disparu plusieurs critiques relatives à ses deux romans. Et pour une auteure indépendante comme elle, la disparition de critiques équivaut à une perte majeure de visibilité et de crédibilité. L'auteure a vu engloutie une dizaine de critiques en une semaine, et ces disparitions l'inquiètent alors que son éditeur, l'indépendant Crooked Cat Books, « compte uniquement sur Amazon » pour les ventes en ligne. »

    En cause, la teneur trop souvent positive des commentaires soupçonnés d’être des avis de complaisance, mais plus pernicieux, la raison pourrait être la concurrence de ces livres avec ceux édités par les maisons d’édition liées… à Amazon.

    collage-coups-de-coeur.jpg

    Si Amazon justifie cette situation par des « problèmes techniques », le bon sens reste la meilleure méthode pour faire le tri dans les commentaires. L’argumentation du rédacteur, ses impressions, bonnes ou mauvaises, peuvent attiser notre curiosité et nous pousser à en connaître plus sur l’auteur-e, ou le contenu du livre. Certains sites non professionnels - Critique Livre - demandent aux commentateurs-trices de s’inscrire en mentionnant leur adresse e-mail (non publiée) et attribuent un mot de passe ce qui assure une certaine traçabilité.

    Et pourquoi ne pas faire tout simplement appel à l’avis des lecteurs avertis que sont les libraires. De plus en plus nombreux sont ceux qui présentent dans leurs rayons les ouvrages avec une note de lecture, ou les publient sur leur site Internet à l’image de la librairie Mollat à Bordeaux qui proposes ses blogs de libraires, ou Sauramps à Montpellier avec les plus classiques « Coups de cœur ».

    Terminons en laissant la parole à Tom Joad qui laisse se message sur Actualitté : « Je rêve d'un monde où la qualité des ouvrages serait le principal critère de succès, mais il ne faut pas rêver. Nous sommes dans un monde capitaliste d'offre et de demande, les auteurs sont aussi bien considérés que tous les petits producteurs face aux distributeurs... »

    Photos : Document Librairies Indépendantes en Nouvelle Aquitaine et La Griffe Noire à St Maur.

    Griffe-noire-2.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu